Page 69 - VA22 MAGAZINE
P. 69

  PHILIPPE GAVIN
Peintre autodidacte et régatier, il participe depuis plusieurs années aux régates de Yacht Classiques à bord des plus beaux Yachts et notamment il na- vigue sur Tuiga, le bateau amiral du Yacht Club de Monaco.
Ses escapades sur l’eau nourrissent son œuvre. Sa double compétence de yachtman régatier et de peintre de la mer, lui permet de restituer avec trans- parences une atmosphère que les connaisseurs ai- ment à retrouver dans son travail.
Construction des scènes, pureté des lignes, pers- pectives des carènes, il revisite et rafraîchit le genre des marines avec cette fabuleuse technique qu’est l’aquarelle.
Il expose régulièrement dans des galeries sur la côte d’Azur, en Angleterre et dans les caraïbes à Antigua et Barbuda.
Self-taught painter and sailor, he participated for sev- eral years in Classic Yacht Regattas aboard the finest Yachts including Tuiga, the flagship of the Yacht Club de Monaco.
His escapades on the water feed his work. The dual capability : yachtsman sailor and painter of the sea, allowing him to describe with transparency, an at- mosphere that connoisseurs like to find in his work.
Creating scenes, clean lines, hulls in perspectives, he revisits and refreshes the marine paintings with this fabulous technique that is watercolor.
He exhibits regularly in galleries in the French rivi- era, in England and the Caribbean in Antigua and Barbuda.
SOPHIE HUSTIN
« A l’écoute de son temps Sophie Hustin en entend le malaise, ce dramatique et dérisoire appel d’une humanité égarée qui, dans les espaces qui lui restent, cherche à se trouver.
Nous ne sommes pas dupes, ces grises figures, peintes ou sculptées, solitaires ou complices, qui prennent la mesure des frontières de leur propre univers, bien au-delà des limites géo politiques, c’est bien nous.
Flux migratoires à jamais contrariés dans leur lent voyage vers un illusoire mieux être.
Sophie Hustin nous replace, nous redéfinit, nous redimensionne. Avec une lucide tendresse elle par- vient à nous montrer nos désolantes prétentions, nos difficiles échanges. Ses frontières sont murailles ou espaces infinis.
Face à ces instables équilibres ou en nous projetant, admiratifs et solitaires, nous acceptons muets et ra- vis ces leçons d’humilité.
“Listening to her time, Sophie Hustin hears its uneas- iness, this dramatic and derisory call from a lost hu- manity which, in the spaces left to it, seeks to find itself.
We are not fooled, these gray figures, painted or sculpt- ed, solitary or accomplices, who take the measure of the borders of their own universe, well beyond the ge- opolitical limits, it is indeed us.
Migratory flows forever thwarted in their slow jour- ney towards an illusory better being. Sophie Hustin replaces us, redefines us, resizes us. With lucid tender- ness, she manages to show us our distressing preten- sions, our difficult exchanges.
Its borders are walls or infinite spaces.
Faced with these unstable balances or projecting our- selves, admiring and solitary, we accept dumb and delighted these lessons of humility.”
  LES ARTISTES - LES VOILES D’ANTIBES 2022 69














































































   67   68   69   70   71